On considère comme neurotypique tout comportement social, comportemental ou psychique, voir mental, convenable ou commun, c’est-à-dire « que l’on peut qualifier dans la norme ». Ainsi on fait une différence entre ce qui pourrait être « normal » de ce qui ne l’est pas, ce qui nous permet de ne pas faire réellement de classement entre ce qui est plus ou moins « normal ».
La « norme », voir la « normalité », est un concept très difficile à expliciter ou à définir car il est difficile de concevoir ce qui peut être normal pour tous puisque chacun aura sa propre vision de la réalité et ainsi sa propre vision du monde. Il est possible qu’un comportement considéré comme normal pour certains ne le sera pas pour d’autres.

Par exemple, le simple fait de prendre une douche peut devenir source de conflit puisque certains considèrent qu’il vaut mieux la prendre le matin pour se réveiller et se nettoyer de la sueur de l’agitation de la nuit, tandis que d’autres considèrent qu’il va être plus logique de la prendre le soir afin de se débarrasser de toute la saleté et de la fatigue de la journée pour se coucher ainsi propre dans son lit.

Ce ne sont là que deux éventualités d’un éventail innombrable de possibilités que représente la réalité de chacun, ce qui rend difficile la possibilité de définir ce qu’est LA norme; ainsi on met en avant certaines « éventualités logiques », parmi d’autres, afin de convenir d’un socle commun pour s’entendre sur ce qui peut se faire et qui ne se fait pas, car nous avons besoin d’ordre pour exister, d’une certaine logique.
De ce fait, le « neuroatypique » va sortir de cette norme et avoir un comportement ou un raisonnement qui ne sera pas commun, habituel, qui va être en décalé par rapport aux autres et donc pas forcement compris ou intégré par ceux qui l’observent.

Il est possible de travailler sur ces comportements, ou réflexions, en-dehors de la norme afin de mieux s’intégrer à la société et ne pas s’en exclure, tout en conservant sa part « d’excentricité » et d’originalité qui fait le fondement de votre personnalité. Le but est ici d’amener à mieux comprendre et accepter les différents comportements auxquels on peut être confronté, ce qui nous permet de les intégrer et de ne pas nous sentir directement visé par certaines réponses qui pointent du doigt de façon blessante, voir humiliante et le plus souvent maladroite, le fait que l’on soit atypique.
Il est donc nécessaire ainsi de faire la différence entre ce qui fait partie de notre réalité et de celle des autres et de considérer que, dans tous les cas, nous pouvons être un avantage et non pas un inconvénient.